• Rencontre avec le chirurgien plastique

     Rencontre avec le chirurgien plastiqueRencontre avec le chirurgien plastique

      

      

     

     

     

     

     

                                                                                                                             octobre 2013                                                       MAI 2009

    Lundi matin, rendez-vous avec le plasticien à 8H15.  Je me dépêche pour me rendre au Centre hospitalier, j’ai peur d’être en retard car c’est l’heure de pointe du matin. Le trajet se fait bien, les feux de circulations sont généralement verts. Je prends les petites rues pour ne pas être ralentie par la circulation. J’arrive dans le stationnement de l’hôpital, c’est bien, il reste de la place. Je me dépêche car j’ai peur qu’une filade à l’accueil me fasse arriver en retard. Je traverse donc rapidement le terrain de stationnement, les portes automatiques s’ouvrent sur mon passage, Puff! Puff!, une portion ou deux de gel antiseptique… je monte l’escalier. Je vois au loin qu’il n’y a pas de file d’attente.  Un couple semble prendre cette direction, j’accélère le pas. Je veux arriver avant eux. Oui, j’ai réussi, j’y suis la première, prenant un air innocent de celle qui ne faisait pas la course. Carte d’assurance maladie, carte d’hôpital.

     

    - Bonjour, j’ai rendez-vous avec Dr Untel.

     - C’est pour une chirurgie plastique?

    - Oui  

    - Veuillez vous asseoir dans la salle, on viendra vous chercher.

     

    Je m’assois sur un fauteuil qui semble confortable tout près de la table à revue. Je commence à les lire. Une revue sur les missions humanitaires des pères blancs. Je regarde ma montre, 9h15…  M’a-t-on oublié?  Non, me répond à réceptionniste. Mon dossier est toujours là. Des bénévoles arrivent avec leur chariot. Je prends un jus d’orange, cela va peut-être me réveiller un peu. Je regarde ma montre. 10h10  Deux heures d’attente. Oh lalaaa! Ça commence à être vraiment pénible.je me promène pas trop loin pour ne pas perdre mon fauteuil confortable.  Je me rassois et prends une revue, la journée des noirs au Québec. Vision intéressante de la relation entre québécois de souche et les autres… Eh! Oui, au Québec, il y a eu des esclaves noirs et aussi des esclaves amérindiens.  Je vais ou pas aux toilettes… Ils vont peut-être m’appeler. Je tente ma chance et j’y vais. Non, on ne m’a pas appelé. Je ne sais plus quoi lire. J’attends. Près de moi un monsieur reçoit pleins de messages sur son cellulaire. Peut-être que je devrais m’en procurer un. On m’appelle enfin.

     

     

    On me fait entrer dans le cabinet. Très laid. Pour tout ameublement, une civière, un bureau et une armoire. Un poster expliquant une colostomie sert de décor. Vraiment triste cette pièce. Je prends place dans un fauteuil de cuir défoncé qui date des années 80.

     

     

    Le médecin viendra vous voir lorsqu’il aura terminé la petite opération me dit la secrétaire. Je comprends maintenant pourquoi l’attente a été aussi longue. Il nous rencontre entre ses opérations. Je me repasse en tête les éléments qui me permettront d’avoir une chirurgie payée par la RAMQ (régime d’assurance maladie du Québec). Il faut qu’il voie que mon ventre est formé d’un énorme tablier et qu’il est important de l’enlever. Ce n’est pas par coquetterie mais vraiment par nécessité.

     

    Le médecin arrive enfin, il est gentil et poli. Il me demande d’enlever ma jupe pour qu’il puisse voir le bas de mon ventre. C’est avec une pointe de gêne que je lui dévoile la pire partie de mon corps. Mon énorme ventre qui m’arrive au milieu des cuisses. Il me demande de baisser ma culotte sous mon ventre pour bien le prendre en photo. Une photo de face, une de profil, il me demande de prendre mon ventre avec mes mains pour qu’on puisse bien en voir le volume. Je m’y prends à deux fois pour soulever cette lourde masse. La séance de photo est terminée. Je tente de remonter discrètement ma culotte en espérant qu’elle ne restera pas coincée sous mon ventre. Heureusement, je réussis assez facilement à la faire passer par-dessus sans avoir à trop me tortiller. Je m’en sors la tête haute.

     

    J’explique au médecin que j’ai perdu environ 150 livres en 4 ans. Que je vais bientôt avoir une gastroplastie verticale. Je vais donc perdre une centaine de livres. Ce qu’il prend en note. J’ajoute que mon ventre m’empêche de monter avec facilité les escaliers. Que je ne peux pas mettre des bas de soutien car il m’empêche de prendre à deux mains ma jambe. De plus, s’il faut attendre que je perde encore 100 livres, j’ai peur que mon ventre se rendre jusqu’au genou… Ces derniers commentaires ne semblent pas pertinents car il ne les note pas. Je lui demande ce qu’il pense de l’opération dans ma situation. Vous avez un très gros ventre me répond-il. Il faut juste voir si la RAMQ va vouloir qu’on vous opère maintenant ou seulement après que vous ayez perdu tout votre poids.  Il faut attendre entre 3 à 6 mois pour recevoir une réponse de leur part. Il vous coûtera 80$ pour en faire la demande, ce qui comprend les photos et leur développement. J’accepte sans hésiter. N’ayant pas les sous sur moi. Je dois traverser tout l’hôpital pour me rendre au guichet automatique qui se trouve au fond de la cafétéria. Je me dépêche car il se fait tard. Je remets l’argent à la secrétaire. Je quitte l’hôpital avec deux puff  puff! de gel antiseptique et je me retrouve dans la voiture. Il est 11h45. Fatiguée mais pleine d’espoir…

      

      

      

     

     

    « Protéines dans les urinesPremier amoureux »

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    Ploum Tagada Profil de Ploum Tagada
    Jeudi 11 Avril 2013 à 21:09

    Ca se présente plutôt bein, non? Tu es très changée entre les deux photos. Tu as un très beau visage qui commence à être mis en valeur. Ne craque pas. Continue tes efforts!

    2
    doucejas Profil de doucejas
    Jeudi 11 Avril 2013 à 23:11

    Merci pour tes encouragements. Cela fait toujours du bien.

    3
    Vendredi 12 Avril 2013 à 21:10

    Les visites font toujours plaisirdans un sens comme dans l'autre et les mots aussi.J''espère que le moral est bon et que ton week-end s'annonce bien.

    Bonne soirée

    yvesd

    4
    Samedi 13 Avril 2013 à 18:31

    Le soleil est là,je te l'assure;il va arriver chez toi mais c'est souvent un peu plus tard! Courage !

    bises

    yvesd

    5
    doucejas Profil de doucejas
    Samedi 13 Avril 2013 à 18:47

    Merci, tu m'encourages   lol

    bises

    doucejas

    6
    Mercredi 17 Avril 2013 à 15:21

    Un blog simple qui m'aide à comprendre "l'autre" et des problèmes que je ne soupçonnais pas. Merci.

    7
    TSiram Profil de TSiram
    Mercredi 17 Avril 2013 à 15:36

    Cela semble évoluer favorablement à vos souhaits.

    Cordialemnt,
    T. Siram

    8
    Jeudi 18 Avril 2013 à 18:09

    Bonjour! tu t'en sors très bien, ne lache rien! courage!! à bientôt!

    9
    Samedi 20 Avril 2013 à 09:54

    Je viens te souhaiter un bon week-end...

    bises

    yvesd

    10
    Samedi 20 Avril 2013 à 14:04

    Passes un bon weed-end!

    11
    Jo Llana
    Vendredi 26 Avril 2013 à 09:15

    Bonjour,

    Je découvre ton blog via celui de Yvesd. Je te trouve extrêmement courageuse de nous relater ton histoire, de nous faire partager ton intimité, ces moments difficiles. Tu écris bien, on se laisse absorber par ta narration.

    Je ne peux que te souhaiter bon courage, continue d'écrire, c'est aussi un excellent moyen d'apaiser certaines blessures.

    Je repasserai te voir.

     

    Jolana.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :