• Pendant et après l'opération

    Salut à tous ! Non, je ne suis pas morte et c’est ne pas mon fantôme qui a eu plaisir à visiter vos blogues. J’admets que j’ai tardé à vous donner des mes nouvelles mais je me sentais paresseuse… ou trop fatiguée pour me mettre à l’écriture.

    Mais depuis quelques jours, je sens un regain d’énergie et j’en profite pour vous donner des news…

    Voici un petit compte-rendu de mon fameux lundi 27 janvier 2014, date inscrite dans mon corps pour la vie.

    Donc, ce fameux lundi matin, ma sœur Louisette me reconduit à l’hôpital. À l’admission, je donne les quelques renseignements habituelles et la dame me dit de me rendre au 4 étage chambre 34. Arrivées au quatrième étage, ma sœur et moi, nous nous rendons au poste des infirmières. Celle qui nous reçoit est surprise de voir qu’on a une chambre avant d’être opérée mais vu que la chambre m’est déjà attitrée, on y dépose mes effets et nos manteaux. Nous nous dépêchons de redescendre pour aller au centre de chirurgie d’un jour où on m’attend avec impatience. À l’accueil, je vérifie si les renseignements sur le questionnaire remplie la semaine dernière par l’infirmière du centre bariatrique sont toujours exacts. Ensuite, on me remet un pot pour un test d’urine… des fois que je serais enceinte. Eh non, je ne le suis pas ! oufs, que  j’ai eu peur. Un miracle pourrait toujours se produire à 52 ans… ahahah !

    Une infirmière me pose quelques questions, me pèse, 352 livres, et prend ma tension artériel. Tout est beau. Je m’en vais dans la section bloc opératoire. On me fait allonger sur une civière. L’anesthésiste vient me poser quelques questions et on m’emmène à la salle d’opération. Je me transfère de la civière à la table d’opération en prenant soin de bien tenir ma jaquette d’hôpital. Je suis assez rapidement installer et en prime, on réussi du premier coup à m’insérer le cathéter dans le bras. Cinq secondes plus tard, j’étais endormie…

    L'opération s'est très bien déroulée, j'ai été hospitalisée trois nuits et ensuite j'ai mes sœurs m'ont hébergées chez elle pour 4 jours.  J'aurai pu être chez moi un peu plus tôt mais cela les sécurisait au cas où il y aurait des pépins et j’en ai profité pour me faire gâtée.

    Â l’hôpital, après l’opération, j’ai eu droit uniquement qu’à du sérum  et des calmants… La douleur se supportait bien sauf lors de déplacement ou de changement de positions dans le lit. Ma gorge, à cause de l’intubation, me faisait presqu’aussi mal que les coupures de l’estomac. Le surlendemain, après mettre brossé les dents, je crache un morceau de chair rouge, dégoutant! Probablement causé par l’intubation.

    Après l’opération, on m’a conduit dans ma chambre où ma sœur m’attendait. Elle est partie quelques temps après pour me laisser me reposer. Naturellement, les infirmières et stagiaires ont tourbillonnées autour de moi pendant trois jours… Mais vers les 14h00, je demande à aller aux toilettes. L’infirmière m’aide à me lever alors qu’une deuxième lui dit. « On ne lui mats pas la bassine » et l’autre de répondre : « Elle a dit qu’elle veut aller aux toilettes… »  ce que j’ai fait avec l’aide de mes escortes et du sérum qui me suit comme un chien fidèle.

    Arrivée dans la petite pièce, il faut faire rentrer tout ce beau monde et à se placer de façon à ne pas débrancher le sérum… Un instant, on doit mettre une bassine qui mesure l’urine… Tout va bien jusqu’au moment où je dois me lever et c’est alors qu’apparent une plaque de sang sur ma jaquette, elle grandit rapidement. Une des infirmières semble avoir peur, son regard est un peu paniqué mais elle reste en contrôle malgré tout et essuie le sang par terre pendant que l’autre va chercher des pansements que la première applique  rapidement sur la plaie et elle se referme aussitôt. On m’enlève rapidement la jaquette pour m’en mettre une propre. Retour au lit et repos bien mérité. 

    Le lendemain, les repas firent leur apparition, diète liquide…

    Petit déjeuner : booster aux fruits, jus de pommes et glucophage® broyé mêlé à une cuiller à soupe de compote de pommes avec deux sachets de poudre de protéine (Beneprotein®) que je mélange dans mon jus de pommes…  Vraiment pas bon. Cela se mélange mal et fait des mottons… mais le goût est meilleur que celui du glucophage broyé. Soit dis en passant, la journée de l’opération, je ne pouvais prendre mes médicaments pour le diabète car cela aurait pu produite une baisse de glycémie… Au diner et au souper, s’ajoute un bouillon de bœuf ou un bouillon de poulet et un gell-o à cela s’ajoutait un jus ou un boost comme collation. Ce régime dura 4 jours.

    J’ai quitté l’hôpital à 11h30, après 3 nuits à être aux petits soins du personnel hospitalier. Les deux premières nuits, je devais mettre mes pieds dans un nouvel appareil où je recevais des pulsions assez fortes afin d’améliorer la circulation sanguine. L’appareil était bruyant mais à la fois réconfortant. Il faisait office de berceuse et m’aidait à m’endormir ou bien ce sont les tranquillisants contre la douleur qui me procuraient cet effet. Je devais, à tout les jours m’injecter du Lovenox ®, anticoagulant et prendre quelques marches dans le corridor. C’était vraiment beau de nous voir aller. Plusieurs fraichement opérés, vêtus de jaquette d’hôpital se promenant avec le poteau de sérum en mains en train de zigzaguer entre les civières, les chariots de linges et ceux pour les repas… Un ballet des plus insolites.

    Pendant l’hébergement chez mes sœurs où je devais manger de la nourriture liquide soit gruau très clair le matin, crème de carottes, compote de pomme ou pouding, soir et midi. Jell-o ou yaourt comme collation ou lait aux fraises. Le tout avec ajout de Beneprotein®. Cela devenait vite lassant.

    Mais le lundi suivant ma sortie de l’hôpital, j'ai commencé à manger des purées ou des aliments très mous. Cela fait du bien de manger un peu de "solide" car depuis le début c'est que du liquide que je dois prendre. C'est drôle comment tout peut être bon lorsqu'on a été longtemps privé. Œufs brouillés, viande en purée et poisson blanc dans une sauce. Petits légumes en purée (vraiment, je ne suis pas habile dans les purées, trop mous, pas assez lisse, pas de goût)… et la merveilleuse toast beurrée. Ce matin-là, lorsque j’ai enfin mangé un œuf brouillé avec un toast bien rôti, pas de croute, quel bonheur !

    Mais quelle fût ma déception lorsque j’ai décidé de manger la même chose pour le souper mais avec purée de pois vert et que je n’ai réussi qu’à manger la moitié de mes deux œufs brouillés et que deux petites bouchées de ma merveilleuse toast. J’en avais les larmes aux yeux tellement j’étais frustrée. Il faut dire que depuis 2 jours je manquais une purée sur deux, en plus, je faisais de la basse pression… et je voulais tellement avoir enfin un bon repas.

    Cette étape dura une semaine. J’ai dû boire au moins deux litres d’eau par jour afin d’améliorer ma pression. Cela a pris quelques jours pour réussir à la faire augmenter. J’ai même mis du sel dans mon eau et dans mes aliments mais cela a fini par porter fruit.  

    Maintenant, je suis à l’étape alimentation tendre. On y ajoute donc viande hachée et petits légumes tendres. Je mange 2 onces de viande, de poisson, de fromage maigre, de patates ou biscottes et de légumes tendres… Lorsque j’ai assez  mangé. Une douleur se fait ressentir à l’estomac et je dois arrêter sinon, la douleur s’intensifie. Mais ce midi, j’ai senti que j’avais assez mangé et que la douleur n’était plus présente. Mon estomac doit probablement être presque guéri. L’appétit augmente graduellement entre les repas, je prends une collation l’avant-midi mais l’après-midi, j’en prends une aux deux heures.

    Ma perte total fut de 18 livres avant l’opération grâce aux protéines liquides  et de 8 livres une semaine après l’opération. Depuis les 2 dernières semaines, elles fluctuent sans arrêt, passant d’une perte de poids de 4 livres à une reprise de 4 livres, une perte de 2, une reprise d’une … pour une perte total d’une livre pendant les 2 dernières semaines. Je crois qu’il faut laisser du temps à mon corps pour qu’il puisse s’adapter à ce nouveau mode de vie.  Je prends une marche à tous les jours et je me repose bien. Il faut dire que je suis en congé de maladie pour encore une semaine. Mes plaies cicatricent bien, J’en ai six, deux d’un pouce environ et 4 d’un demi-pouce car l’opération a été effectuée pas laparoscopie. Je devrais continuer à faire ma marche lorsque je travaillerais. Présentement, je la fais dans un centre d’achat ou dans un magasin à grandes surfaces. J’espère que le temps sera plus doux et les trottoirs bien déneigés ce qui me permettra de la faire à l’extérieur, plus agréable et moins dispendieux…

     




    « Peur de l'amourSemaine 5 »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    Mardi 18 Février 2014 à 08:32

    Bonjour Jasmine,

    Merci de nous donner des nouvelles.

    Rassurée et contente que cette opération se soit bien déroulée. Maintenant, il faut laisser du temps au temps.

    Comme nous allons vers la belle saison, les promenades à l'extérieur devraient aider à améliorer ta perte de poids

    et contribuer à te garder bon moral.

    Je te souhaite le meilleur du meilleur pour les jours à venir et une belle cicatrisation.

    Pensées positives et amicales.

    A tout bientôt. Ymi.

    2
    Mardi 18 Février 2014 à 12:29

    @ydstom

    C'est vraie que la belle saison va bientôt arrivée, j'ai bien hâte qu'il n'y ait pus de neige sur les trottoirs et d'enfin sortir sans bottes et gros manteau d'hiver. Entendre à nouveaux le chant des oiseaux et les talons claquer sur l'asphalte...

    Bonne journée à toi!

    3
    Mercredi 19 Février 2014 à 10:52

    Ca ne doit pas être facile par ces temps enneigés de faire de belles promenades. Entre le froid, la neige et faire attention aux glissades, vivement le printemps, que tu en profites à fond.

    Et surtout, tiens bon : nouveau départ pour toi. Le corps a une mémoire et je suppose que les fluctuations actuelles sont normales. Dès que tu lui auras fabriqué une nouvelle mémoire, ce sera encore plus facile. Bonne journée.

    4
    Mercredi 19 Février 2014 à 12:58

    @bicar,

    Tu as raison, il faut laisser du temps à mon corps pour se faire une nouvelle mémoire. Vu le peu de nourriture absorbée, il se met sur la défensive et réservé tout. à la longue il finira par comprendre qu'il en a assez pour survivre sans problème. Je ne dois pas me décourager mais il y a des jours où je suis vraiment déçue de voir que je ne maigris pas...

    Bonne journée!

    5
    SAB
    Dimanche 23 Février 2014 à 18:20

    Patience encore je sais tu en as un peu marre de cette patience depuis le temps mais là je pense que tu as franchi un grand pas   donc encore un tout petit peu de Patience ...  PLEIN DE GROS BISOUS DU SUD DE LA FRANCE ; mERCI POUR CET ARTICLE . IL ME TARDAIT D AVOIR DES NOUVELLES BISES ENCORE 

    6
    Dimanche 23 Février 2014 à 19:18

    SAB, tu as pleinement raison... je vais changé de nom pour celui de PATIENCE, car c'est vrai qu'il en faut.

    Mais les choses s'améliorent à chaque jours...

    bisous

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :